Le CNRS
 
 

 

Délégation Ile-de-France Ouest & Nord

La région Île-de-France représente 40% du potentiel national. Au CNRS, cinq délégations gèrent 585 unités de recherche. La délégation Île-de-France Ouest & Nord accompagne la vie de 83 unités de recherche et de service, où travaillent plus de 1750 agents.

Carte de la délégation Extranet La délégation en bref

Actualités

Actualités de la DR05 et de ses partenaires
(Suivez toutes les actualités du CNRS ici)

Actualité scientifique

Proposez un nom pour le GED !
Lundi 13 novembre 2017, le Campus Condorcet lance, au sein de ses établissements fondateurs, un appel à propositions visant à trouver un nom pour sa future bibliothèque. En savoir plus

 

 

Du grain à la granule : à quelle vitesse croît un agrégat granulaire mouillé ?

Des physiciens du laboratoire Surface du Verre et Interfaces (SVI, CNRS/Saint-Gobain) ont étudié la dynamique de croissance d’agrégats humides produits par l’impact de grains secs. Ce travail a mis en évidence l’importance du liquide aux interfaces avec l’air pour comprendre la cinétique de capture des grains.

Le mélange de grains secs et d’un liquide constitue l’étape préliminaire de procédés industriels tels la granulation de poudres pharmaceutiques, ou la préparation de matériaux de construction (plâtre, mortier). Lorsque le liquide entre en contact avec les grains, il établit entre eux des sortes de ponts (forces capillaires) permettant la formation d’un petit agrégat mouillé sur lequel viennent se coller d’autres grains secs, jusqu’à former des granules ou un matériau humide homogène. Cependant... Lire la suite

 

 

Trois lauréates de la Médaille de Bronze 2017 à la délégation Ile-de-France Ouest et Nord du CNRS

Trois chercheuses de la délégation Ile-de-France Ouest et Nord du CNRS ont reçu la médaille de bronze 2017. Cette Médaille récompense leur premier travail de recherche, qui font d’elles des spécialistes de talent dans leur domaine. Cette récompense représente un encouragement du CNRS à poursuivre des recherches bien engagées et déjà fécondes. Félicitations à :
 
 
- Marielle Debos, enseignante-chercheuse à l’Institut des Sciences sociales du politiques (CNRS – Université Paris Nanterre – ENS Paris-Saclay)
 
 
- Caroline Hamon, chercheuse en archéologie préhistorique au Laboratoire Trajectoires de la sédentarisation à l’État (CNRS – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)
 
 
- Maud Simonet, chercheuse en sociologie au Laboratoire institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (CNRS – Université Panthéon-Sorbonne – Université Vincennes-Saint-denis – Université Paris-Nanterre – ENS Paris Saclay – Université Evry-Val d’Essonne)
 
  Et aux 37 autres lauréat.e.s de la Médaille de Bronze 2017
 
 
Lire leur portrait
 

 

 
Françoise Combes, lauréate du Prix Lise Meitner 2017

Françoise Combes, astronome au LERMA de l’Observatoire de Paris, est lauréate du prix Lise Meitner 2017 pour ses travaux sur la formation, évolution et dynamique des galaxies. Elle a montré comment le trou noir supermassif présent au centre de la majorité des galaxies pouvait influencer leur taux de formation d’étoiles. Il était admis que la masse de ce trou noir est proportionnel à la masse du bulbe galactique, autrement dit la partie centrale de la galaxie. Ces trous noirs, alimentés par les nuages de gaz présents dans son environnement proche, s’activent pour libérer une énergie phénoménale qui pondère la formation de nouveaux astres et freine la croissance du bulbe.

Après avoir été Sous-Directrice du Laboratoire de Physique à l’École Normale Supérieure d’Ulm, Françoise Combes devient astronome à l’Observatoire de Paris en 1989. Au fil des ans et des projets, elle explore les interactions entre les galaxies et étudie leur formation, et travaille sur plusieurs modèles de matière noire. En 2014, elle devient professeur au Collège de France à la chaire « Galaxies et Cosmologie » et est nommée un an plus tard Officier de la Légion d’honneur. Le prix Lise Meitner 2017 lui sera remis le 21 septembre 2017 à Göteborg en Suède, une nouvelle distinction qu’elle ajoute à son d’ores et déjà riche palmarès.

 

 

Le LNE obtient des résultats remarquables à la veille de la redéfinition du kelvin et du kilogramme

En 2018, à l’occasion de la 26e Conférence générale des poids et mesures, quatre unités du Système international d’unités (le kilogramme, l’ampère, le kelvin et la mole) devraient être redéfinies. Ces dernières devraient être établies sur la base de constantes fondamentales de la physique. Cela nécessite d’affiner au mieux les valeurs de ces constantes : les chercheurs du LNE viennent d’obtenir des résultats remarquables sur les valeurs de la constante de Boltzmann, pour la redéfinition du kelvin, et de la constante de Planck, pour la redéfinition du kilogramme.

Le LNE assume le rôle d’"institut national de métrologie", il est le représentant de la France auprès du Bureau International des Poids et Mesures. Un contrat de collaboration entre l’Observatoire de Paris, le CNRS et le LNE, a confié les missions et moyens de "laboratoire national de métrologie" pour le domaine temps/fréquence au LNE-SYRTE (Laboratoire national de métrologie et d’essais - Système de Références Temps-Espace).

En savoir plus

Le CNRS Annuaires Mots-Clefs CNRS Autres sites Imprimer Contact Credits Plan du site